John Ferranti : Maître de la boue et homme de famille

John Ferranti est d’abord et avant tout un homme de famille.

Ensuite s’ajoutent le mordu de mécanique, le spécialiste de la boue, la personnalité flamboyante – toutes ces choses qui ont incité Can-Am à choisir John comme Maître de la boue dans une recherche à travers toute l’Amérique du Nord.

Les Ferranti habitent une superbe maison en banlieue de Houston, au Texas. Dans la cour arrière, on retrouve des VTT pour chaque membre de la famille. Il y a le VTT Can-Am de course rouge construit sur mesure de John, le Can-Am Outlander ™ 650 vert à deux places pour sa femme Lori, un VTT modèle pour enfant pour leur fille Ryanne, âgée de 8 ans ainsi qu’un rutilant VTT en plastique pour le petit Grady, 3 ans.

Eh oui, toute la famille fait du VTT. Ce doit être inscrit dans l’ADN des Ferranti. Pour John, l’amour des sports motorisés a débuté lorsqu’il était encore tout jeune.

« Tout ce qui m’intéressait quand j’étais jeune, c’était les moteurs, raconte John. J’allais dans le garage et je mettais en marche la tondeuse, le 3-roues et la moto tout-terrain juste pour entendre le son de leurs moteurs. »

John a grandi en Californie du Sud, où son père construisait des sand rails (ou dune buggies) ; il allait ensuite les conduire dans le désert avec John. Dès l’âge de cinq ans, John avait la passion des sports motorisés. Encore enfant, il pilota un VTT à trois roues pour ensuite passer aux motos tout-terrain. Lorsque sa famille eût déménagé à Deer Park, Texas, il s’inscrivit dans des courses qui lui permirent de voyager à travers l’état.

La vie lui réservait aussi une autre surprise. C’est à l’école secondaire de Deer Park que, peu après sa graduation, il rencontra une jeune fille du nom de Lori, qui fréquentait la même école. Un beau jour, après neuf ans de fréquentation, Lori faisait une sieste lorsque John la réveilla.

« Il est parti un jour, je ne savais pas où le joindre et j’étais vraiment fâchée, confie Lori. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il était chez mon père en train de lui demander la permission de m’épouser. Puis il est revenu et m’a réveillée. Ma réaction ? Veux-tu bien me dire pourquoi tu m’as réveillée ?!? »

Mais en voyant la bague de diamant qu’il lui avait achetée, sa réaction changea… C’est cette même attitude relaxe qui a permis à John de surprendre Lori à une autre occasion.

John avait toujours rêvé d’aller conduire dans la boue à un endroit situé près de la rivière Jacinto. Comme il passait devant à chaque jour en se rendant au travail et qu’il voyait des gens s’y amuser, il a finalement mis un plan à exécution. Il a convaincu Lori de lui permettre d’acheter un Can-Am Outlander 650, « pour la chasse ». Mais la journée même où il l’a acheté, surprise ! – il a succombé à l’appel de la boue !

« Il m’a bien eue, dit en souriant Lori, mi-sérieuse. Ensuite, il a eu besoin de plus gros pneus et d’un tuba. Et plus ça allait, plus il en ajoutait. Dans le temps de le dire, on s’est retrouvé conduisant dans la boue. »

À la défense de John, soulignons qu’il a fini par l’utiliser pour la chasse… « au moins cinq ou six fois ».

Aujourd’hui, la conduite dans la boue est une activité que toute la famille adore pratiquer. Grady saute de joie chaque fois que papa sort les VTT.

« Il devient très excité chaque fois que je les sors, dit John. Dès que j’allume le moteur, il me dit : ‘Papa, j’peux venir avec toi ?’. Si c’est de la boue, Grady est de la partie. Il est probablement dans la boue en ce moment même ! »

Pour Ryanne, c’est un peu différent. Elle aime regarder le canal Disney à la télé, chatter avec ses amis sur FaceTime et se maquiller. Mais elle aime toujours faire du VTT. Tout récemment d’ailleurs, elle a participé à une course dans la boue avec des amis du coin.

« Les enfants adorent ça, ajoute Lori. Ça nous fait passer de bons moments en famille. Et ils aiment se salir autant que nous ! »

Et tout le monde aime voir papa courir. Au cours des dernières années, John a participé à une série de courses où il a terminé parmi les 3 premiers – des événements comme le Highlifter Mud Nationals et le East Coast Mud Nationals. Malgré ses succès, il demeure celui qui a choisi de vivre sa vie comme il veut, et de conduire des VTT Can-Am modifiés comme il les aime.

« Mon commanditaire, c’est mon travail de 9 à 5, explique John. Je construis mes propres moteurs, j’ajuste mon embrayage, mon injection d’huile à mon goût, je fais tout moi-même. Y a personne d’autre que moi qui touche à ma machine. »

Comments (

  1. Pingback: Can-Am présente : Le Maître de la boue | Can-Am Off-Road

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>