Le Maître de la boue : en préparation pour la course

À quelques jours des épreuves nationales de course dans la boue Mud Nationals, John Ferranti – le Maître de la boue Can-Am® – sort son attirail de course du garage pour la première fois depuis quelques mois et fait le point sur la situation.

Jusqu’à maintenant, rien ne se passe comme il l’avait planifié. « La boue ne devrait pas sortir de là », explique John. Il est essentiel que son VTT Can-Am soit dans une condition impeccable pour les Mud Nationals, qui débutent dans seulement trois jours. Ça implique de changer les fluides, de régler l’injection d’essence et de serrer chaque vis et boulon. Ce véhicule a livré un grand nombre de batailles épiques. A-t-il atteint ses limites ?

Pas encore, s’il n’en tient qu’à John et à son Can-Am qu’il appelle affectueusement « Docteur Frankenroid ».

Il n’existe aucun autre VTT Can-Am du genre dans le monde. D’abord utilisé au sein de l’équipe de course d’un concessionnaire local, c’était un véhicule de démonstration qui n’avait jamais rien gagné. John l’a acheté dans l’intention de le reconstruire autour de son moteur Rotax®. Il est maintenant officiellement devenu un modèle Can-Am 960R Max.

« Il est fait de différentes composantes qui ont été rapiécées ensemble, mentionne John, mais il bondit en avant dès que j’appuie sur l’accérélérateur ».

On y retrouve, entre autres, des pneus Outlaw de 31 po, des jantes d’écrasement de flanc de pneu de type « crush lock », des entretoises de jantes arrière, admissions d’air surélevées de type « tuba » de fabrication artisanale, un ensemble d’embrayage et radiateur, , un ensemble de pistons AMR ainsi qu’un système d’échappement HMF.

Il s’agit du VTT Can-Am qui s’est classé 1er dans la catégorie High Lifter Mud Nationals Pro B 2011, 2e dans la catégorie High Lifter Pro Series Racing Pro B 2010  et 2e dans la catégorie de courses dans la boue High Lifter East Coast Mud Nationals Pro B 2011.

Les trophées qui ornent la fenêtre de son bureau à la maison apportent une belle touche au décor, mais ils ajoutent aussi un élément nouveau à l’équation : la pression.

L’an dernier, aux épreuves Mud Nationals, il n’y avait aucune attente. John n’avait même pas fait la mise au point de son Can-Am auparavant. Cette fois, c’est différent. Il a un titre à défendre.

« Le sommet de ma carrière en course dans la boue a été ma victoire  aux Mud Nationals de l’an dernier, de dire John. Un autre jour qui passe et moi je suis en retard, alors la pression monte à ce moment-ci. C’est la même chose chaque année. Toujours à la dernière minute. Et c’est comme ça que j’aime ça. »

Une fois le travail sur son entrée terminé, John s’en va aider un ami dans son jardin. Les tripes de la machine sont exposées et brillent sous le soleil de l’après-midi. C’est le temps de régler l’injection d’essence.

Si vous pensez que la course dans la boue consiste à serrer des boulons et à appuyer sur l’accélérateur,  détrompez-vous. C’est un travail minutieux qui demande une foule de réglages précis. John relie son Can-Am à un ordinateur et utilise un système qui lui indique le nombre de tours/minute pour chaque niveau d’accélération. Il franchit une courte distance puis revient pour vérifier l’info sur l’écran. C’est un processus rigoureux et intense qui demande un bon après-midi de concentration.

Mais quand c’est fini, c’est le temps de plier bagages et se concentrer sur la prochaine compétition – les Highlifter Mud Nationals 2012. Le clou de la saison de course.

En arrivant à la maison après le travail, John demande à son épouse Lori si elle a des attentes spéciales pour cette course. Sa réponse est courte, claire et nette – digne de l’épouse d’un fier compétiteur.

« Tu es mieux de gagner. »

2 Comments (+Add Yours?)

  1. stephanie

    mud hole boys aussi sont pret au quebec

  2. Pingback: Can-Am présente : Le Maître de la boue | Can-Am Off-Road

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>